Festivals

Le plus important festival à Jiuzhaigou est Festival de Printemps en calendrier lunaire. Quelques jours d’avant, les femmes ont commencé à faire de grand ménage, en suspendant des peintures de bonne chance. Pendant le festival, le repas de tous les membres de la famille à la nuit de veille, le premier et le deuxième jour les membres réunirent ensemble, le troisième jour on fait de l’activité en jouissant le dragon et le lion. Le onzième jour on organise une soirée d’entrainement.

Portant de l’eau pour la nouvelle année

A la veille de nouvelle année, les Tibétains vont porter de l’eau au bord du lac, le temps est d’après le premier coucou de coq. En entendant le premier coucou, les habitants se pressent au bord pour enflammer l’encens et renverser de l’eau, puis portent de l’eau pour partager avec la famille au temps de. Nouvelle Année

Sangyan(Fumée Pure)

"Sang" est le sens de "Pure", appelé aussi Parfum fumé. Il est venu de la région de Ali, un rite religieux le plus important avec une histoire de plus de 3,000 ans. Le fumée folklorique est pour la bonne chance de la famille, des amis, même lui-même. Il se voit dans la montagne divine, l’alter et la tour divine. Dans les bons jours, les villages sont remplis du goût délicieux et de la fumée flottante.

"Tabac tibétain" se fait des branches de cyprès et des feuilles, que les habitants appelle parfum de cyprès. Les tibétains pense que ce parfum peut épurer des gens et des choses, par exemple, la maison nouvelle, les vêtements nouveaux, après le funérailles ou dans la cérémonie de mariage.

Chasser les Monstres à la veille du festival du printemps

Pour les habitants de Jiuzhagou, tous les mauvais jours de la famille sont dus aux monstres et il faut les chasser. Il y a des cérémonies de chasse : à l’après-midi de la veille, les hommes emportent des petits cobbles du lac à la maison. Au soir, les hommes entrent le premier à la maison, battent tous les coins de la maison en jurant les monstres. Les cobbles de reste et des aiguilles métalliques qui symbolisent les monstres sont enterrés sous le pied de l’escalier de la famille, ça signifie que les monstres n’entreront plus à la maison. Après avoir chassé les monstres dans la famille, les enfants vont au bord du lac en éclaboussant de l’eau pour effrayer les monstres. Aujourd’hui, cette cérémonie de chasse devient, au lieu d’être terrifiant, un événement culturel léger.

L’invitation du dieu de la montagne

Le 15 janvier du calendrier chinois, presque tous les villages organiseront une activité pour inviter le dieu de la montagne, par deux jeunes filles qui sont choisies selon la procédure astronomique compliquée. Cette activité peut se passer dans la journée ou dans le soir. L’outil principal est une branche d’arbre en forme Y. Au commencement, les habitants s’accumulent devant la branche, en écoutant la prière du sorcier. Si la branche dans les mains de deux filles se vibre, ça signifie que la prière du sorcier est effectif; si non, il est probablement faux, il faut inviter un autre à sa place. Les habitants disent à haute voix : « Le dieu de la montagne, les pierres de la montagne tomberont ou non ? Si oui, à gauche, si non, à droite. » « Le dieu de la montagne, la coulée boueuse se passera-t-il ? Si oui, à gauche, si non, à droite. » « Le dieu de la montagne, fait-il beau ici pour l’agriculture ? Si oui, à gauche, si non, à droite. » « Le dieu de la montagne, les jeunes hommes se marieront-ils avec leur amoureuse ? Si oui, à gauche, si non, à droite. » Les habitants demandent toutes sortes questions telles que la santé, leur fortune et leurs études. Certains la croient, certains le prennent seulement comme une activité traditionnelle ditrayante.

Une soirée du festival du printemps

Après l’activité d’invitation du dieu de la montagne, une soirée importante commence. Les habitants s’asseyent ensemble dans un cercle. Ils dansent et chantent toute la soirée. Pour cette atmosphère culturelle ethnique, un cercle signifie l’unification et la puissance forte qui s’unifie l’esprit des habitants de Jiuzhaigou qui sont travailleurs, courageux et qui s’entendent bien.