Chansons et danses

Tibétains chantent et dansent bien. On peut entendre les chansons partout dans les villages, pour le travail, la cérémonie religieuse et la vie quotidienne. Ils ont des chansons de boire, de thé, de route, chansons et danses deviennent une partie de leur vie. L’eau à Jiuzhaigou chante toute une année, les arbres y dansent jour et nuit, les oiseaux y chantent d’aurore à crépuscule. Chansons et danses donnent la nature joyeuse des habitants Jiuzhaigou. D’ailleurs, avec l’héritage des ancêtres, les habitants à Jiuzhaigou vivent dans un monde de chansons et de danses.

Vous êtes recommandé à boire.

Les invités à Jiuzhaigou sont toujours demandés à boire la liqueur d’orge qingke quand ils sont chez les tibétains. Le propriétaire prend un verre plein, et jette des gouttes d’eau à haut, à bas, au milieu, pour montrer son respect respectivement au ciel, aux parents et aux invités. Si vous êtes allergique ou un peu timide, le propriétaire va chanter une chanson de boire.

chansons folkloriques

Les chansons folkloriques ont degré haut, elles sont élégantes, franches, profonde, délicate, naturelle et caractérisée fort ethnique. Les chansons en chœur sont une forme de divertissement qui attire beaucoup d’habitants. Groupe à groupe, village à village, hommes à femmes, les chansons sont échangées, répétées dans les tons et mélodies différents.

Travail

Chansons accompagnent les habitants de Jiuzhaigou dans leur danse et leur travail. Chansons donnent rythme au travail et il y a plusieurs sortes selon les situations différentes, quand écorcher, exploiter une ferme, construire une maison et même faire du ménage. Maintenant, Jiuzhaigou est dans le relevé de la ressource de voyage international, les habitants n’exploitent plus la ferme, ils chantent encore les chansons pour amuser les touristes.

La flûte en bambou est un instrument musical que les jeunes hommes apportent n’importe où. Elle est fabriquée par le bambou de flèche, elle peut composer les mélodies du degré haut, mélodieuses, et agréables. On peut entendre cette sorte flûte qui a un caractère fort au bord du lac ou dans le bois à Jiuzhaigou.

L’embouchure de bambou est un instrument musical que les femmes apportent n’importe où. Et elle est aussi un cadeau offrit par leur amant. Sa mélodie est courtois et étendue. De longue 8cm, elle a une enveloppe décorée avec des dessins, elle est aussi un instrument et une décoration.

danse Guozhuang

Cette danse est la plus populaire danse à Jiuzhaigou. Selon les notes historiques tibétains, au IIIe siècle avant Jésus Christ, les tibétains aimaient déjà danser, dans toutes les régions tibétaines. Cette danse vient d’une forme de danse que les gens dansent autour d’un feu de camp tout le temps. Et cette danse se développe avec l’ethnie tibétaine pendant toute l’histoire.

La danse Guozhuang a trios sortes : Guozhuang temple, Guozhuang pastoral, et Guozhuang ferme. La danse Guozhuang temple est organizée pour les causes religieuses dans les temples ou les monastères, pour accueillir ou renvoyer le Bouddha vivant. Elle est une cérémonie solennelle religieuse, avec ça, les croyants dansent pour leur bonheur après la mort. La danse Guozhuang pastoral et ferme est enthousiaste, illimitée, et satisfaite. Pendant les festivals, les hommes portent les pantalons lâches, dansent comme un aigle étendant ses ailes, les femmes exposent leur bras droite avec la manche droite derrière. Dansant autour un cercle, ils joignent leurs mains avant et derrière, battent leurs chaussures, jusqu’à très retard dans la nuit.

theater tibétain

Il est aussi une forme de divertissement de danser et chanter dehors. Son caractère est que les acteurs et les actrices portent les masques. On dirait que ce théâtre tibétain a été invité au XVe siècle par le moine Tangdong Jiebu. Quand il voyageait à Tibet, il trouvait que les fleuves contribuaient beaucoup d’inconvénients aux habitants, il a décidé de construire des ponts sur les fleuves. Il a collaboré sept frères et sœurs qui aimaient danser et chanter, ils commençaient une forme de danse et de chanson avec le thème historique, religieux pour apprendre les habitants à faire bon. Respectant son acte publique, les moines tibétains ont donné de l’argent et des matériaux pour construire les ponts. Quand la construction a été complétée, le théâtre tibétain devient populaire dans les régions tibétaines.